Le VRP : tout comprendre sur ce statut en 5 minutes

Dans le monde professionnel, les commerciaux constituent le nerf de la guerre du développement économique. Véritables ambassadeurs d’une entreprise, ils véhiculent ses valeurs, attirent de nouveaux clients et boostent le chiffre d’affaires de la société. Mais derrière l’appellation générique de commercial, il existe en réalité de nombreux statuts différents : agent commercial, VRP, VDI ou encore prestataire de services. Nous nous attacherons ici à détailler le statut de VRP : « voyageur, représentant et placier ».

Quel est le rôle du VRP ?

Le VRP est un représentant commercial qui exerce en tant que salarié pour une ou plusieurs entreprises. Son rôle est de rechercher des clients potentiels (appelés prospects) pour l’entreprise. Passé maître dans l’art de convaincre, le VRP met en avant les atouts de la société pour amener les clients à acheter les produits ou services qui y sont proposés. Il peut travailler simultanément pour plusieurs employeurs : il s’agit dans ce cas d’un VRP multicarte. À l’inverse, le VRP exclusif n’est employé que par une seule entreprise.

A lire en complément : Comment retrouver un mail perdu sur SFR ?

Quelles règles régissent le statut de VRP ?

En premier lieu, il faut savoir que le VRP a un statut de salarié : il est lié à l’entreprise par un contrat de travail, en CDD ou en CDI.À ce titre, il est affilié au régime général de la sécurité sociale, bénéficie de l’assurance chômage et a droit à des congés payés. Du côté de la rémunération, un revenu minimum est garanti pour le VRP exclusif : il est aux alentours de 5000 euros par trimestre. Ce revenu ne s’applique cependant ni aux VRP multi-cartes, ni aux VRP qui exercent à temps partiel : ceux-ci sont uniquement rémunérés sous forme de commissions.

Agent commercial ou VRP : quelles différences ?

Si les deux métiers regroupent la même activité, ils se distinguent néanmoins par leur statut : l’agent commercial exerce en tant qu’indépendant, tandis que le VRP est salarié au sein d’une entreprise. Pour chaque statut, il existe des avantages et des inconvénients. En ce qui concerne l’organisation, par exemple, l’agent commercial bénéficie d’une certaine liberté : il peut recruter du personnel, choisir la fréquence des visites des clients, la nature des contacts avec la clientèle, etc. À l’inverse, le VRP doit répondre aux exigences de son employeur : sa liberté est donc beaucoup plus réduite. Si l’on se place du côté de l’employeur, le choix de recruter un agent commercial ou un VRP dépendra des besoins et objectifs de l’entreprise.

A lire en complément : Le futur des jeux vidéo

L’embauche d’un VRP permet d’avoir un meilleur contrôle sur son activité, car celui-ci est lié à l’entreprise par un contrat de travail. Du fait de son statut de salarié, les démarches administratives et les coûts supportés par l’entreprise sont néanmoins plus importants. Le recrutement d’un agent commercial, à l’inverse, permet à l’employeur d’alléger les charges : il ne paie pas de cotisations sociales et la rémunération de l’agent est fixée librement sous forme de commissions.

Le VRP au service de la réussite des entreprises

Comme nous l’avons vu, le VRP est un atout essentiel pour assurer le développement économique d’une société. Commercial averti, il va lui permettre de renforcer sa position sur le marché en véhiculant une image positive et dynamique de l’entreprise.

Les avantages et les inconvénients du statut de VRP

Le statut de VRP présente toutefois des avantages et des inconvénients qu’il faut prendre en compte.

Les avantages du statut de VRP sont nombreux. Tout d’abord, le salaire est souvent attractif car il inclut une part variable importante basée sur les résultats commerciaux, ce qui peut motiver les VRP à atteindre leurs objectifs. Ils bénéficient souvent d’une voiture de fonction, d’un téléphone portable professionnel ainsi que d’autres avantages tels que des primes ou des tickets restaurants.

Le statut de VRP comporte aussi certains inconvénients qu’il faut considérer attentivement. Le premier concerne la charge mentale : être constamment sous pression pour atteindre ses objectifs commerciaux peut être stressant et épuisant psychologiquement. Le travail en déplacement fréquent peut entraîner une grande fatigue physique et un déséquilibre dans la vie personnelle et familiale du VRP.

Malgré leur indépendance apparente, les VRP sont étroitement liés à l’entreprise pour laquelle ils travaillent et peuvent parfois avoir l’impression que leur liberté est limitée dans leur manière d’exercer leur métier.

Il faut noter que le statut juridique du VRP n’est pas reconnu dans tous les pays européens, ce qui limite certainement sa mobilité géographique au sein même du marché unique européen.

Comment devenir VRP : les étapes à suivre

Vous êtes intéressé par le statut de VRP ? Voici les étapes à suivre pour y parvenir.

Il faut savoir que la fonction de VRP est accessible aux personnes ayant une expérience professionnelle dans la vente ou le commerce. Il n’y a pas de formation spécifique requise pour ce métier, mais certainement une bonne connaissance des produits vendus et du marché sur lequel ils sont proposés. Le VRP doit donc être au fait des dernières tendances et nouveautés afin de répondre efficacement aux besoins des clients.

Le candidat doit ensuite rechercher un employeur qui propose l’embauche en tant que VRP. Pour cela, il est possible de consulter les offres d’emploi spécialisées ou de s’adresser à des agences spécialisées dans le recrutement en BtoB (Business to Business).

Une fois l’employeur trouvé, celui-ci devra rédiger un contrat conforme aux exigences légales définies par la convention collective nationale du commerce privé (CCNCP), notamment quant à la rémunération fixe et variable ainsi qu’à la durée minimale hebdomadaire de travail.

Lorsqu’un accord entre l’entreprise et son futur VRP est trouvé et que toutes les clauses ont été discutées avec soin, il ne reste plus qu’à signer le contrat qui officialise leur collaboration.

Pensez à bien vérifier que le représentant placier (VRP) indépendant est sous forme salariale :

  • d’être muni(e) d’une carte blanche s’il/elle exerce son activité auprès d’une clientèle de professionnels
  • de se faire immatriculer au registre des commerces et des sociétés (RCS) s’il/elle exerce son activité auprès d’une clientèle de particuliers.

Le VRP doit être prêt à travailler en autonomie tout en étant un ambassadeur de l’entreprise pour laquelle il travaille. Pensez à bien développer votre capacité d’écoute et d’empathie afin de répondre efficacement aux besoins des clients.

La fonction commerciale du VRP est riche et variée, mais elle demande aussi beaucoup d’autonomie et un certain sens de responsabilité.

ARTICLES LIÉS